Le commencement

Parce que dans la vie, ma logique n’appartient qu’à moi (et j’ai envie de dire, dieu merci!), pour une fois, je vais me conformer à la logique commune.

Je ne sais pas si je vais avoir des lecteurs (mais je l’espère), mais un peu de politesse ne fait jamais de mal, hein!

Donc, bonjour! Je m’appelle Christina, mais je n’anime pas les Reines du shopping. Moi, je suis plus Reine des pansements (un peu cradocs, c’est mon kiff ultime) ou la Reine de la veine ponctionnée… Oui, je suis une infirmière (dans le jargon, on dit IDE pour infirmière diplômée d’état). Non ma tenue n’est pas celle évoquée habituellement par le mâle sous testostérone

540488_105573609576848_1827189266_n

non, on ne s’habille pas comme cela pour effectuer des soins infirmiers, promis

J’ai un certain âge, qui augmente tous les ans, à peu près au même rythme que la pousse de mes cheveux blancs, ou que le creusage de mes rides (arg). Pour le reste, je vous dirai que je préfère le garder pour moi, « it’s my life » comme le chante Gwen Stef’

cadeau bonux

Je vis en Province, quelque part dans le Royaume de France et de Navarre.

Pourquoi ce nom de blog, me direz vous?

Non, pas en hommage à la Reine des Neiges et son « libérééééééééééeee; délivrééééééééée » qui a pourri les oreilles de bon nombre  de personnes que je connais…

Mes ailes ont poussées quand un jour, j’ai quitté l’hôpital pour devenir IDEL (L pour libérale (au passage notez le jeu de mots du titre de ce blog (du grand art (ou pas)))… non pas que j’y étais mal; j’aimais mes collègues (avec leurs bons et moins bons côtés), j’aimais le travail que j’y faisais, le fait d’avoir une équipe derrière moi, avec qui on se fightait parfois, mais avec qui on se serrait les coudes en cas de situation pas chouette.
Mais alors, Christina, pourquoi être partie?

Parce que bosser en équipe c’est chouette, mais aussi parfois un peu pesant (que celui qui n’a jamais pesté que le protocole pansement mis en route depuis deux jours soit déjà modifié par la collègue qui est passée après nous lève la main), parce que le planning et son trocs de dimanche et jour férié me gonflait (en plus je ne comprenais rien aux JH, JS, RT, JF et autres acronymes)

Je voulais aussi tester une autre forme de relation soignant – soigné, dans sa formule plus équilibrée, en tout cas à mon sens. A l’hosto, le patient porte bien son nom… il attend, plus ou moins patiemment, je vous l’accorde, ses soins, dispensés par des professionnels de santé qu’il n’a pas choisi. Même que des fois, ça se passe super bien, d’autre fois, ça se passe sans plus, et parfois, ça coince.

Au domicile, le patient choisit son IDEL (par connaissance, par le bouche à oreille, au hasard en piochant dans les pages jaunes). L’Elu (oui, au moins ça) va donc entrer dans l’intimité du patient, dans SA maison, avec SA déco, SON organisation… et l’IDE va donc devoir s’adapter (finito, les commodités du Centre Hospitalier, finito les « c’est comme ça et pis c’est tout, vous n’êtes pas tous seul ») dans la mesure du raisonnable, hein! on n’est pas non plus à la botte du patient, j’ai dit relation équilibrée! Et la relation se tisse au fil des soins, des affinités.

Dans ce blog, je vais essayer, régulièrement, de vous raconter de façon anonyme (pour moi et pour les patients because secret professionnel) les anecdotes de mon quotidien, de mon installation (paperasse power!) à mes étonnements/ fous rire/ agacements qui font de mon métier ma passion!

A très vite donc